Recentrer l’enseignement sur sa mission fondamentale

8 juin 2017

L’enseignement, pilier de l’éducation de nos enfants et de la cohésion nationale, est depuis plusieurs années mis à rude épreuve. Le quinquennat qui s’achève a déconstruit le système éducatif par des réformes purement idéologiques ne prenant pas en compte les problématiques réelles et les enjeux nationaux. Sous l’influence néfaste du ministère de Najat Vallaud-Belkacem, l’égalitarisme socialiste a réduit l’éducation à des enjeux politiques.

Ainsi l’enseignement facultatif des racines chrétiennes de la France, la disparition progressive et programmée du latin et du grec, l’enseignement d’une histoire de France culpabilisante au détriment de certaines périodes telles que le siècle des Lumières, la perte d’autorité du professeur, la fin des classes bilingues au nom du rejet de l’élitisme sont autant de signaux négatifs que le PCD entend combattre.

La vision que nous comptons défendre est toute autre :

  • Rejeter le pédagogisme au profit des méthodes d’enseignement qui fonctionnent : lecture syllabique, conjugaison, dictées, bases du calcul, bases chronologiques en histoire.
  • Valoriser l’histoire et la littérature françaises comme héritage commun.
  • Laisser aux établissements la liberté de choisir les moyens de mise en œuvre des programmes définis au plan national
  • Réhabiliter l’autorité du professeur et du maître
  • Généraliser les rites et symboles qui manifestent l’autorité : estrades, lever des élèves au début des cours, renforcement de l’instruction civique
  • Encourager le port de l’uniforme pour les élèves